ULSHB : ON PEUT ENFIN LIRE À KABALA

0
105

« C’est la fin des tracasseries consécutives aux fastidieuses et infructueuses des ouvrages exigés dans les programmes, mais aussi introuvables dans l’espace universitaire. », Dr Aboubacar A. Maïga, le chef de DER Lettres.

Ainsi, ce mercredi 22 juillet 2020, a eu lieu à Kabala l’inauguration de la bibliothèque du DER Lettres de la Faculté des Lettres, des Langues et des Sciences du Langage. C’est un projet qui est en partie financé par l’ambassade de France à travers son Service de Coopération et d’Action Culturelle. Qui, au-delà de ce geste, finance des missions d’enseignement des professeurs des universités africaines en faveur du Master du DER Lettres.
Plus de 500 documents est le don offert par l’ambassade de France pour l’opérationnalisation de cette bibliothèque. Ce rgeste est venu combler un vide indescriptible. Conscient de l’énormité du défi, le Dr Maïga parle sans bavure: « On ne peut prétendre à des cours et travaux dirigés de meilleure qualité avec nos étudiants sans avoir d’abord la documentation nécessaire et un endroit propice à la lecture, à la réflexion et à la production intellectuelle. ». Ces propos et témoignages montrent en toute clairvoyance que l’arrivée de ce rayonnage est une nécessité.
Créé depuis 1996 au sein de l’ancienne Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, le choix du DER Lettres n’est pas fortuit, dans le domaine des bibliothèques. Il est l’un des plus grands départements de l’université des Lettres, des Langues et des Sciences Humaines de Bamako avec, aujourd’hui, plus de 3.800 étudiants de la Licence au Master. Et une cinquantaine de professeurs et d’enseignant- doctorants, permanents et vacataires.
Aussi, deplorarable est le fait que tous les rayons de la bibliothèque ne sont pas encore remplis. « Les solidarités sont donc les bienvenues. », selon les propos de Dr Maïga. La famille du Dr Oumar Cissé, décédé il y a quelques mois, a remis la bibliothèque personnelle de ce dernier au département Lettres pour jouer leur partition. Dans le même contexte, celle du Pr N’Tji Idrissa Marico y est attendue dans les jours à venir.
Rappelons que la Cité Universitaire Kabala est bâtie sur une superficie de 103 hectares. Elle fait partie des meilleures Cités universitaires sous régionales par sa structure architecturale. Cependant opérationnelle depuis 2017, celle-ci est à sa toute première bibliothèque. Parlant de cette bibliothèque, les documents y sont rayonnés par discipline. D’en haut, sont suspendues des photos de certains professeurs qui ont servi et celles de d’autres qui servent encore le département Lettres. L’organisation exceptionnelle faite par le chef de département Lettres et ses collègues donne tout un autre aspect au lieu. En tout cas, plus qu’une simple salle, cette bibliothèque reste pour le moment la seule de tout Kabala. Il faut par ailleurs noter qu’elle est le résultat des années de lutte et promet répondre aux préoccupations actuelles des enseignants et étudiants.
« On ne peut pas parler d’une université viable et fiable sans une bibliothèque. »
« En 2017, l’université des Lettres et des Sciences Humaines de Bamako a déménagé sur le site de Kabala, laissant la bibliothèque centrale derrière lui sur la colline de Badalabougou. Et depuis lors, la quasi-totalité des étudiants est restée sans ressources ; particulièrement affectés sont les étudiants des DER dont les cours se déroulent uniquement sur le site de Kabala. », rappelle Dr Mohamed Minkailou.
Malgré la Covid 2019 et la fine pluie, nombreux étaient, les personnalités, les enseignants et les étudiants de divers horizons, à se rendre à Kabala pour être témoins occulaires de la mise à la disposition aux étudiants, chercheurs et professeurs, une bibliothèque au Département d’Enseignement et de Recherche de Lettres. Parmi eux, son Excellence Joël Meyer, Ambassadeur de la France au Mali, Dr Idrissa Soïba Traoré, Recteur de l’ULSHB, Dr Mohamed Minkailou, Doyen de la FLSL, le Secrétaire Général du ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, le Club-Lettres de l’ULSHB et tant d’autres.
Pourtant, depuis l’arrivée des étudiants à Kabala, la question de bibliothèque est devenue épineuse. L’Université (ULSHB) n’est pas parvenue à s’en procurer à fortiori un DER. Le chef de département Lettres n’a pas voilé sa joie et son espoir quant au devenir de cet endroit de conversation de livres et ses bénéficiaires qui sont en premier lieu les étudiants. Selon lui, les documents répondent aux exigences du moment. Car, selon les constats, les ouvrages disponibles dans les différents points de lectures sont généralement anachroniques et inadaptés aux programmes actuels. « C’est la fin des tracasseries consécutives aux recherches fastidieuses et infructueuses des ouvrages exigés dans les programmes, mais aussi introuvables dans l’espace universitaire. », précise-t-il. Le Recteur a surtout précisé que ce n’est pas une bibliothèque « estudiantine », pour dire que cela intéresse autant les étudiants que les professeurs.
De même, la satisfaction et la joie des étudiants étaient remarquables. Mamedi Traoré, étudiant en licence 3 Lettres trouve l’initiative comme une occasion inouïe pour les étudiants de rehausser leurs niveaux. Pour un autre responsable de classe, c’est désormais un défi lancé par le chef de département et ses partenaires aux étudiants. C’est à eux (les étudiants) de montrer à travers cette initiative qu’ils peuvent véritablement être considérés comme le véritable avenir de ce pays.
Comme pour saluer les efforts des uns et des autres pour la concrétisation d’une telle oeuvre, des attestations de reconnaissance du mérite ont été attribuées à certaines personnalités au cours de ladite cérémonie. En tout cas, en entendant l’arrivée de la bibliothèque numérique annoncée par le représentant du ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et des recherches Scientifiques, le département Lettres mitonne ce tout nouveau bébé et séduit d’ores et déjà les papivores par sa taxinomie.
LAWALE Chaka KÉÏTA/Duniya kibaru.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici