CRISE INSTITUTIONNELLE AU MALI : CONCERTATIONS NATIONALES ET VALIDATION DES TDR

0
219

C’est ce samedi 5 septembre 2020 que la junte au pouvoir a choisi pour les concertations nationales et la validation des TDR. Cette rencontre qui a lieu au Centre International des Conférences de Bamako à 09h00, a regroupé des partis politiques et de nombreuses organisations de la société civile.

C’est ce samedi 5 septembre 2020 que les maliens se sont retrouvés au CICB, dans le cadre des concertations nationales et la validation des termes de références (TDR). En effet, depuis la démission de l’ex-chef de l’État, la junte, actuellement au pouvoir, multiplie les rencontres en vue de la mise en place d’une transition consentie par les maliens dans leur grande composante. Il faut noter que la salle réservée à cet effet était comble des invités qui ont massivement répondu à cette invitation nationale. Cependant, le début des travaux qui était initialement prévu à 11h s’est prolongé jusqu’à 14h, en raison des malentendus entre le M5 et la junte. Notons que le M5 a refusé de jouer le rôle de simple participant et a souhaité être représenté dans chacun des groupes de travail. Ce qui lui fut finalement concédé après un véritable et long cafouillage observé dans la salle. Cependant, c’est cet incident qui a bouleversé le programme des travaux. Quant aux termes de référence proprement dit, ils ont porté sur dix points précis, à savoir :

  • La mauvaise gouvernance
  • La corruption généralisée et l’impunité
  • La détérioration de la situation sécuritaire sur la quasi-totalité du territoire national et la multiplication des conflits communautaires entrainant l’effritement de la cohésion sociale ;
  • La faiblesse de l’outil de défense pour assurer pour assurer sa mission régalienne
  • La démotivation des forces de défense et de sécurité(FDS) suite à la mauvaise gestion et aux détournements de fonds alloués
  • Le non renouvellement des mandats entrainant l’illégalité de certaines institutions de la république
  • Le non renouvellement des mandats des organes des conseils régionaux, Conseils des cercles ainsi que la non tenue des élections communales des 59 communes
  • La non satisfaction de nombreuses revendications des partenaires sociaux avec de multiples grèves dont celle des enseignants
  • La mauvaise perception des décisions rendues par la justice
  • L’organisation d’élections frauduleuses et irrégulières débouchant sur des crises post-électorales tant en 2018 qu’en 2020.
    Aussi, de ces premières assises nationales, le fait notable est la mauvaise organisation en raison d’une part de ces nombreux partis politiques omis et du retard accusé dans le déroulement des travaux d’autre part.
    Ces travaux préliminaires dits de validation des TDR sont le prélude aux concertations des 10, 11 et 12 septembre-2020 qui, elles, regrouperont environ 300 personnes issues des regroupements et partis politiques et d’autres regroupements des forces vives de la nation y compris celles de la diaspora. Ces discussions quant à elles, porteront sur les grands axes de la feuille de route de la transition, l’architecture et les organes de la transition, le projet de la charte de la transition. Ce sont ces dernières assises à caractère national qui détermineront la présidence de la transition et la durée de celle-ci. En tout cas, le succès de ces concertations déterminera les conditions d’une meilleure transition et par ricochet débouchera sur le retour à un ordre constitutionnel souhaité.
    Amadou BAMBA/Duniya kibaru.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici