LES RAISONS PROFONDES DE L’ENLÈVEMENT DU PROFESSEUR CLÉMENT DEMBÉLÉ

2
445

Cela fait déjà quelques jours que le professeur Clément Mamadou DÉMBELÉ, Président de la Plateforme de lutte contre le Chômage et la Corruption au Mali (PCC) a été enlevé par une bande d’individus cagoulés pour des motifs non encore élucidés. Cependant, de l’avis de nombreux observateurs, le mode opératoire s’apparente à celui de la DNSE. Si de son arrestation à aujourd’hui, aucune déclaration officielle n’a encore été faite, de la part des autorités, force est de reconnaitre que certaines raisons bien évidentes peuvent expliquer cette situation.

Cela fait donc déjà quelques jours que le professeur Clément DEMBELE a été enlevé par des présumés éléments de la DNSE. Il faut noter que, des rumeurs incessantes font le lien de son interpellation avec une vidéo diffusée par le professeur. Dans cette vidéo, d’une durée de huit minutes et dix secondes, l’homme appelle, ses partisans et manifestants, lors de leurs revendications, au civisme, au respect strict envers les édifices publics ainsi que les forces de défense et de sécurité. Par ailleurs, dans cette même vidéo, le professeur demande à nos hommes en tenue de rallier la cause des manifestants partout où ils se trouveraient tout en rappelant le bien – fondé de la désobéissance civile, reconnue par la constitution de notre pays en son article 121.
C’est, sans ambages, cette partie du discours, tenu, par lui, qui a été assimilé à un appel à coup de force. Un bon prétexte pour l’embarquer, disaient ses partisans et autres collaborateurs. D’ailleurs, son arrestation ou du moins son enlèvement, pourrait avoir une toute autre explication. En effet, il faut noter que cette figure emblématique de la lutte anticorruption a pour credo de multiplier les meetings, qui ont la faculté de drainer du monde, sur les places publiques.
Lors de ces rencontres populaires, l’homme fustige la corruption devenue endémique chez nous. Aussi, sa cible préférée reste le pouvoir en place. De toute évidence, le militant anticorruption avait déjà reçu plusieurs lettres de menaces de la part de personnes anonymes. Il s’était même vu interdire à la dernière minute, sur la place habituelle, un de ses meetings par le gouverneur actuel de Bamako.
Il faut reconnaitre que l’homme en question gênait visiblement du fait que la structure qu’il dirige a joué un rôle déterminant dans l’arrestation de certains gros bonnets impliqués dans des affaires de corruption. D’ailleurs, de nombreux lanceurs d’alerte ont agi et continuent d’agir à partir de la Plateforme de lutte contre la Corruption et le Chômage.
Étant presque sur tous les fronts, car déterminé à faire changer certaines pratiques malsaines, longtemps enracinées dans les habitudes, Clément DEMBÉLÉ était très certainement dans le collimateur du régime en place qu’il n’hésitait pas à fustiger et à rendre responsable du malheur des maliens. Rendu très populaire d’abord à Bamako à cause de son franc-parler, le Professeur se fera aussi une notoriété à l’intérieur du pays qu’il a sillonné pour recueillir les préoccupations des populations à la base.
Il ne serait pas exagéré de dire qu’il s’était taillé une renommée de sauveur aux yeux de bon nombre de ses concitoyens. Le considérant comme une menace certaine, l’homme a été moult fois et est aujourd’hui encore victime de matraquage médiatique de la part d’une presse partisane et bon marché. Ainsi, les récents mauvais résultats du parti du régime, avant le revirement spectaculaire de situation par la Cour Constitutionnelle, lors des élections législatives, à Bamako comme à l’intérieur du pays, ne sont-ils pas imputables aux effets des meetings répétés de Clément DEMBÉLÉ ?
De toute évidence, l’homme s’était fait une réputation d’homme à abattre. Tout était bon pour le freiner et le prétexte selon lequel il aurait porté atteinte à la sûreté de l’État était tout trouvé pour le neutraliser. En tout cas, son arrestation suscite des inquiétudes d’autant plus qu’aucune déclaration officielle n’est encore faite au sujet de son arrestation. Héros pour les uns, populiste et usurpateur pour les autres, l’affaire clément DEMBÉLÉ, passionne aujourd’hui les débats et est fortement médiatisé. Suite à cette affaire, la PCC et quelques organisations de la société civile sont à pied d’œuvre et ne ménage aucun effort pour faire toute la lumière sur l’arrestation ou du moins l’enlèvement du Professeur.
Pour l’heure, les questions qui taraudent les esprits sont celles de savoir s’il s’agit d’une simple manœuvre visant à intimider l’homme de la part de ses ravisseurs ou le début d’une procédure judiciaire devant conduire à une véritable condamnation.
Souleymane KONATÉ/Duniya kibaru.net

2 Commentaires

  1. Les maliens dans l’ensemble de kaye à kidal doivent normalement manifester tous les jours sans art pour obliger cet regime monarchique et dictataire à liberer notre pr.Dembele leader de la plateforme de lutte contre la corruption au Mali. Si les Maliens ne se lèvent pas pour mettre un frein à ces genres d’enleves criminels et inhumains la liberté d’expression restera toujours bafouillée et personne d’autre ne pourra faire de quelconque denonciation que ce soit au Mali par peur d’etre enclave. Donc je vous assure que si jamais on se laisse faire par des imbeciles inhumains indignes et malfrat ils reigneront la peur pour mieux detourner nos deniers publiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici