LE PLAN DE RIPOSTE, AU COVID-19, PROPOSÉ PAR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, N’EST QUE FLOU-FLOU

0
132
Blurred Bokeh; Variety the people of Lifestyles in Modern Restaurant Shop or Cafe at Bangkok, Thailand.

Face à la terrible pandémie du COVID -19, les populations maliennes avaient longtemps attendu, de leurs autorités, un plan d’aide. Cependant, celui annoncé par le Président de la République, ne parvient pas à rassurer, en raison du caractère flou des dispositions proposées.

Emboitant le pas aux autres dirigeants, le Président de la République, Ibrahim Boubacar KÉITA a annoncé aux maliens une armada de dispositions dans le cadre de son plan de riposte contre la pandémie du COVID -19. Si au départ ce discours avait suscité un enthousiasme presque palpable chez les populations, il faut noter qu’aujourd’hui, ils sont nombreux à décrier le manque de clarté dont ledit discours est empreint.
En effet, dans ses propos, le chef de l’État, a mis un accent particulier sur les couches les plus vulnérables à qui l’aide proposée sera destinée, sans toutefois préciser les critères d’indigence requis en la matière. Aussi, le citoyen lambda s’interroge sur les conditions qui détermineront la vulnérabilité des bénéficiaires de cette aide. En d’autres termes, qui est vulnérable au Mali et qui ne l’est pas ? Sous peine de sombrer dans l’arbitraire, le favoritisme, voire même les trafics d’influence en tout genre, lors de l’attribution de cette aide, cette question mérite clarification.
En réalité, les méfiances au sein de l’opinion se justifient par le sinistre refrain de « ma famille d’abord » qui hante encore les esprits des maliens. En tout cas, beaucoup voient déjà en ce plan de riposte un moyen de récompenses ou de consolidation d’acquis politiques. Par ailleurs, les plus sceptiques y voient une aubaine de la part du régime pour faire main basse sur ces fonds de solidarité dont il s’agit, en raison du flou ambiant qui règne sur leur gestion.
À côté de ce discours, manquant de clarté, du Président de la République, plusieurs suggestions concrètes ont émergé de l’opinion, faisant état de suspension de factures d’eau et d’électricité, pour tous, pour une période de trois mois. S’agissant de la distribution de céréales et d’aliments bétails, proposé par IBK, nombreux maliens auraient souhaité une réduction conséquente des prix de ces denrées afin de les rendre plus accessibles aux consommateurs, jusqu’aux ménages les plus modestes. Certains, à l’instar des commerçants, auraient également souhaité voir suspendre le paiement des loyers pour un temps raisonnable, comme ce fut le cas en Guinée Conakry, voisine du Mali.
De toute évidence, ce plan de riposte contre le COVID-19, s’assimile à une farce ridicule pour bon nombre de maliens, dubitatifs quant à la bonne foi de leurs dirigeants. En toute certitude, il faudra, pour le régime, s’il veut rassurer les populations, se montrer beaucoup plus convaincant dans la pratique.
En tout cas, les maliens, excédés par cette crise sanitaire, à cause de laquelle ils continuent de souffrir le martyr, seront très regardants quant à la gestion des cinq cent milliards de FCFA annoncés, pour lutter contre le COVID -19, des cent milliards de FCFA de fonds spécial de solidarité ainsi que des 56.000 tonnes de céréales et des 16.000 tonnes d’aliments bétail. Cependant, ce qu’il faudra surtout redouter, par-dessus tout, c’est de voir cette crise sanitaire dégénérer car comme le disait cet illustre penseur : « Ventre qui a faim, n’a point d’oreilles ».
Vinabe DENA/Duniya kibaru.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici