LES ARTISTES MALIENS ET LE COVID-19, SOFARSOGOOD AU MICRO DE KOROTOUMOU DJILLA

0
192

Que deviennent les artistes maliens sous le règne du covid-19 ? C’est la question qui nous a conduits à rapprocher quelques artistes. Sékou Sarr alias Sofarsogood est le premier à répondre à nos questions. Au cours de l’entretien il a laissé entendre que « pour l’amour du métier, nous continuons à faire rire les gens… »

Duniya Kibaru : veillez s’il, vous plait, vous présentez à nos lecteurs.
Sofarsogood : je suis Sékou SARR, surnommé Général Sofarsogood. Sofarsogood veut dire « jusqu’ici ça va ou jusque-là tout va bien ». Je suis artiste humoriste-comédien, acteur et scénariste malien. Je suis actuellement directeur artistique du projet ‘’Kayes Comédie’’.
Quel est l’impact du covid-19 sur vos activités ?
Mon métier (l’art) est mon gagne-pain. C’est à travers les différents spectacles et prestations que je m’en sors. Tout comme mes comédiens, je vis au dépend des spectacles. Actuellement, nous souffrons parce que le covid-19 a freiné nos activités. Il est difficile pour nous de joindre les deux bouts.
Que faites-vous pour éviter à votre talent de s’endormir ?
Il est vrai que le covid-19 freine beaucoup de choses, surtout dans le milieu artistique, mais mes comédiens et moi faisons de notre mieux pour ne pas laisser notre talent somnoler. Nous faisons toujours de petites vidéos pour faire rire les gens et sensibiliser les populations mères sur les réseaux sociaux. Nous le faisons sans que qui ce soit ne nous vienne en aide. Pour l’amour du métier, nous continuons à faire rire les gens, et à les sensibiliser.

Trouvez-vous normale la levée du couvre-feu ?
Je ne vois aucune importance pour la levée du couvre-feu. Ce qui nous intéresse, actuellement, c’est la reprise de nos activités parce que c’est dans cela que nous vivons.
Selon vous notre pays est capable de respecter les mesures barrières ? Ou que faut-il faire afin que la population puisse respecter lesdites mesures ?
Pour les mesures barrières, si les autorités font les choses dans les normes, c’est possible, mais il n’y a pas de normes au Mali, il faut le dire. La vérité est nécessaire bien qu’elle dérange, les artistes fournissent assez d’efforts pour le changement de comportements de la population surtout en cette période de pandémie, mais nous ne sommes pas considérés comme il se doit.
Que comptez-vous faire à la fin du covid-19 ?
Après cette histoire de covid-19, je compte organiser de spectacles afin de reprendre l’équilibre. La maladie ne va pas nous empêcher d’avoir de bonnes humeurs.
Avez-vous un dernier mot ?
Comme dernier mot, je dirai à la jeunesse de se tenir debout sur le champ de l’honneur et de la dignité et ensemble, unis et determinés, nous allons faire ce beau pays à notre image.

Korotoumou DJILLA/DuniyaKibaru.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici